Accueil | Expositions | Revue de presse | Body painting

SUAIRES PROFANES

Salle du Safranié, Saint-Raphaël (1997)

Jean-Philippe BREIL.
Performance avec Christine MAAHS et exposition de travaux.




scène brughelienne



scène goyesque



scène goyesque 2
            Huile, acrylique, aquarelle, crépis, vernis, papier
            Techniques mixtes sur contreplaqué poncé et apprêté


Le suaire, tissu qui couvrait le visage des morts dans l'antiquité peut apparaître comme le témoignage sensible, la trace matérielle et pérennisée de ce qui figure, être vivant ou, de façon plus abstraite, de ce qui fut douleur, bonheur, terreur ou passion.

L'émergence d'un monde poétique ne peut échapper à l'évocation de ce qui fut. Et il s'agit bien isi de réapparition d'un monde de forme connu de moi-même, rendu visible par la sélection opérée dans mes souvenirs personnels et dans mes longues promenades au travers du monde des oeuvres d'art.

Profanes, mes suaires, car ils ne recueillent pas de traces d'essence religieuses - même si je considère comme sacré tout acte artistique vrai dans le geste, dans le souffle, dans le regard.

Le tissu, reste ici toujours le medium, mais le sens en est détourné, inversé. Ce tissu ne reçoit pas l'empreinte, il la donne. Chargé de matière colorée, il impressionne le support rigide.

Il faut ajouter que l'iconographie onirique ainsi créée nous offre autant de figures cachées que de formes révélées, et nous sommes confrontés à une lecture multiple, polysémique, hypnotique parfois.

Ainsi ces images ne sont ni illustratives, ni caricaturales, ni anecdotiques. Elles deviennent pour chaque regardeur visions hallucinatoires, irrationnelles, ambigues, effrayantes, magiques et appartiennent au monde de l'art fantastique.


            Jean-Philippe BREIL

avant la corrida



rencontre



sabbat



Accueil | Expositions | Revue de presse | Body painting